Sections PSA.ACC

Crée en 1975, PSA ACC a pour but l'organisation et la pratique d'activités et de loisirs sportifs mais, aussi, de détente. L'association vous offre, à vous et à vos proches, la possibilité de pratiquer l'activité de votre choix.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Pour mettre votre annonce ici, voir Pascal
compteur internet
Vos liens utiles
message privé
Votre boite aux lettres




PSA Meteo
Préparez vos sorties

Agrandir le plan
Preparez vos challenges

Agrandir le plan
calculez votre IMC

(Widget offert par www.calculersonimc.fr)


Partagez | 
 

 2 - Les mécanismes dont se sert l’organisme pour transformer la nourriture en énergie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 2 - Les mécanismes dont se sert l’organisme pour transformer la nourriture en énergie   Sam 20 Fév - 22:41:58

Source : Méthode MET

" Commençons par passer en revue les mécanismes dont se sert l’organisme pour transformer la nourriture en énergie. Cela nous aidera à mieux comprendre le système MET, que nous expliquerons dans ses détails dans nos prochaines éditions.

LE MÉTABOLISME ANAÉROBIE

Le métabolisme anaérobie est un des deux processus au moyen desquels notre corps transforme les aliments en énergie, à l’objet d’être actif. Anaérobie signifie “sans oxygène”. Ce type de métabolisme est chargé de mener à terme des actions d’une grande puissance, de par sa propriété de livrer de l’énergie plus rapidement que le système cardio-vasculaire, bien que pour un espace de temps plus court. Si l’activité se prolonge, c’est le métabolisme aérobie (qui emploie de l’oxygène) qui entrera en action.

Comme nous venons de le voir, notre corps obtient de l’énergie de la nourriture. Les hydrates de carbone sont stockés dans le torrent circulatoire et dans les muscles sous forme de glucose et de glycogène, ou source d’énergie immédiate du métabolisme anaérobie. C’est le système énergétique prédominant lors d’actions de puissance, comme l’entraînement aux poids ou le sprint, qui permettent de développer aussi bien de la force que de l’endurance, deux éléments clé de la bonne forme physique. Pour prendre de la force, on doit ajouter progressivement de la résistance, et augmenter le nombre de fois qu’un muscle effectue une action (répétions), pour améliorer l’endurance. L’exercice anaérobie étant une partie fondamentale de tout programme de remise en forme, le système MET envisage aussi bien l’entraînement aux poids que le travail cardio-vasculaire.

L’acide lactique est un des sous-produits du métabolisme anaérobie. Il est à l’origine de la brûlure musculaire tant recherchée par les culturistes à l’entraînement. C’est un symptôme de fatigue. Notre organisme a besoin de davantage d’oxygène pour décomposer l’acide lactique, déficit qui donne lieu à l’épuisement au-delà du seuil anaérobie.

L’endurance dépend des réserves de glucose et de glycogène de notre organisme. Une des manières de l’améliorer consiste à augmenter l’apport d’hydrates de carbone, sans cependant dépasser une certaine limite, pour éviter de les métaboliser en graisse. Deuxième possibilité : se reposer suffisamment après chaque série afin d’éliminer l’excès d’acide lactique, mais cela prolongerait trop les entraînements, ce qui irait à l’encontre du système MET.

LE MÉTABOLISME AÉROBIE


Le terme aérobie est associé par la plupart des pratiquants à un exercice physique déterminé. En fait, il s’agit du procédé métabolique permettant à l’organisme de mener à terme une activité prolongée.

Notre appareil circulatoire transporte de l’oxygène aux cellules, où les nutriments sont transformés en énergie. Pour ainsi dire, ces derniers sont le carburant et l’oxygène l’étincelle qui les transforme en énergie. Plus vous aurez besoin d’énergie, plus vous consommerez de l’oxygène.

L’amélioration de la capacité de l’organisme de traiter et transporter l’oxygène augmente l’endurance, et cela non seulement dans le sport, mais dans toute autre activité. Pour ce faire, il suffit d’entraîner le coeur en augmentant la tension progressivement, c’est-à-dire la demande d’oxygène. Mieux votre coeur sera en forme, plus rapidement vous récupérerez des entraînements durs, ce qui vous permettra d’en maintenir l’intensité à un niveau optimal et de disposer de davantage d’oxygène pour brûler du tissu adipeux. Un coeur en bonne forme épargne de l’énergie, car il est capable d’éjecter du sang chargé d’oxygène dans tout le corps avec beaucoup moins d’effort, ce qui explique que le rythme cardiaque à l’état de repos de certains sportifs soit plus lent que celui des personnes aux habitudes sédentaires.

L’activité aérobie –appareil à jogging, simulateur d’escaliers, vélo statique, etc.– exige un mouvement ininterrompu des plus grands groupes musculaires et un effort considérable et prolongé du coeur. Elle doit être assez intense pour accélérer le rythme cardiaque jusqu’à 60 à 80% de son maximum et de l’y maintenir pour l’espace de 18 à 30 minutes. Le pourcentage et la durée dépendront de votre condition physique et de vos objectifs. Nous en reparlerons davantage dans les détails quand il sera question du système MET. Pour faire le calcul du rythme cardiaque correct, déduisez votre âge de 220 et multipliez le résultat par 60 et par 80, afin de déterminer les limites inférieure et supérieure de vos pulsations par minute. Pour obtenir un rendement optimal, travaillez dans cette zone de sécurité pendant 18 à 30 minutes, au moins. Le nombre de séances par semaine dépendra aussi de vos objectifs. Par exemple, si vous désirez éliminer de la graisse et vous tonifier, voire ajouter de la masse musculaire, effectuez trois séances hebdomadaires en des jours différents de ceux où vous vous entraînez aux poids. Si vous êtes jeune et mince et n’avez pas en tête la mise en forme cardio-vasculaire, mais la prise de muscle, une seule et unique séance par semaine suffira. Si, par contre, vous avez plus de 30 ans, je vous proposerais davantage de séances à l’objet d’augmenter votre endurance et vos capacités aérobies. C’est un des principes du système MET, que d’ailleurs je trouve très judicieux, parce que votre faculté de générer de l’énergie est en raison directe de votre consommation d’oxygène. Combinée avec l’entraînement anaérobie, l’activité aérobie est un élément essentiel du système MET.
Revenir en haut Aller en bas
 
2 - Les mécanismes dont se sert l’organisme pour transformer la nourriture en énergie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Organisme pour sortie falaise proche Paris
» [ renault scenic 1.6 RTE an 1997 ] a quoi sert ce fil à côté des bobines ?
» Quel organisme pour stage pilotage?
» A quoi sert ce relai ??
» A quoi sert ce capteur?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sections PSA.ACC :: Espace membres :: CULTURISME :: Méthodologie et nutrition :: Questions Nutrition :: Comprendre les mécanismes de la nutrition-
Sauter vers: